Les femmes seules ont traversé le Sud Soudan pendant plusieurs jours voire plusieurs semaines avec leurs enfants et parfois avec ceux trouvés sur le chemin. Cachées dans le bush, au milieu des rebelles, elles ne tiennent qu’en mangeant des plantes ou un peu de porridge emporté à la hâte. Viols, meurtres, sida, trauma, autant d’histoires qu’elles cachent derrière une fierté et un courage sans limite.

Eloïse n’a plus de famille, tous les membres en ont été tués. Depuis le district de Yei au Sud Soudan, elle a marché pendant 3 jours pour rejoindre la frontière Ougandaise.

Joyce et son enfant de 2 ans. Joyce est passée par la République Démocratique du Congo où elle s’est faite racketter de toutes ses affaires avant de rejoindre l’Ouganda.

Flavia. Lors d’un trajet vers le village voisin, les forces du gouvernement l’ont attrapée et battue. Les forces rebelles étant proches, cela a détourné l’attention. Elle a pu s’enfuir.

Rita, 5 enfants. Elle a marché pendant une semaine avec 2 autres enfants qu’on lui a confiés avant de rejoindre l’Ouganda.

Jane, 3 enfants. Son mari est reparti rejoindre les forces de l’opposition après les avoir déposés à la frontière.

Liliane, 2 enfants. Son mari a été égorgé devant elle par les forces gouvernementales.

Bakataisa, 3 enfants. Son mari est venu les déposer en Ouganda et est reparti faire la guerre. Ils ont marché pendant 6 jours pour rejoindre la frontière.

Rose, violée. Elle a marché pendant 3 jours pour rejoindre la frontière Ougandaise.